Mais quel parcours, quelle aventure..

Une rencontre, le début d’une relation, l’Amour avec un grand A, l’achat d’une maison, un mariage.. Et si on agrandissait la famille ? On se lance dans ce projet, qui ne parait pas si compliqué à vrai dire, nous sommes prêts depuis un bon moment, nous nous aimons, j’ai envie de devenir maman, c’est un besoin, pas juste une envie. Nous avons besoin de devenir parents, lui depuis plus longtemps que moi d’ailleurs. Les mois passent et rien ne se passe.. On se dit que c’est normal, que ça va arriver, que nous n’essayons que depuis quelques mois. Je décide tout de même de consulter mon gynécologue qui me fait les examens de routine, me prescrit des prises de sang. Résultat en main, et là, à ce moment là, tout se bouscule.. rien ne va plus chez moi.. Direction la PMA.. Nous obtenons un rendez-vous assez rapidement et notre parcours PMA s’arrêtera très vite également. Mes résultats sanguins, mes taux AMH et FSH ne sont pas bons, pas assez bon pour un protocole PMA.. Nous prenons donc la direction du CECOS pour un don d’ovocyte. J’ai besoin de l’aide d’une donneuse et de ses ovocytes, les miens sont déjà trop vieux, je n’ai pourtant que 29 ans.. Nous sommes transportés dans cette aventure, ou mésaventure d’ailleurs, sans savoir ce qui nous attends réellement.. Nous sommes rentrés chez nous, main dans la main, nos yeux remplis de larmes, avec ce sac rempli d’interrogations, de questionnements, de peur, de tristesse et surtout la sensation d’injustice.. L’aventure peut commencer.. Une aventure où il faut être patient.. Il m’a fallu quelques minutes pour écrire ces quelques lignes, mais en réalité, cela fait pratiquement deux ans que nous sommes en essai bébé. Le diagnostic est enfin posé, je suis infertile, je suis en phase de ménopause précoce, mes cellules reproductrices ne fonctionnent plus, j’ai donc besoin qu’une femme me fasse don de ses ovocytes, qui seront par la suite fécondées par un spermatozoïde de mon mari. Cette partie, nous l’avons bien comprise avec mon époux, son fonctionnement également. Lors de notre premier rendez-vous fin 2017, nous avons rencontré un professeur, le professeur qui s’occupera de nous, qui réalisera le transfert d’embryon dans environ 2 ans. Elle est très gentille, les mots sont posés, je suis stérile, j’ai besoin d’aide, d’un don d’ovocyte pour être maman, pour que nous devenons parents.. J’avais au préalable passé une hystérosalpingographie (pas évident à dire, ni à écrire, ni à faire d’ailleurs) et une coelioscopie, monsieur a eu le droit au spermogramme. Rien d’anormal ni pour lui ni pour moi. À ce premier rendez-vous, nous avons beaucoup parlé de nous, de notre parcours, de ce qui nous attend, du délai d’attente de 2 ans, qui peut être réduit de quelques mois si nous amenons une donneuse (plus facile à dire qu’à faire d’ailleurs). Nous devons également remplir un dossier d’inscription au don d’ovocyte et y joindre une photo de nous deux, que nous devons rendre à la seconde rencontre. Le second rendez-vous eu lieu milieu 2018, dossier complet en main, nous sommes rentrés dans le bureau du professeur. Nous avons eu le temps d’avaler la « pilule », d’accepter l’attente, même s’il est vrai que parfois j’ai envie de tout envoyer valser et de prendre contact avec une clinique belge, chez eux il n’y a pas d’attente mais les frais sont à notre charge. Nous sommes plutôt bons élèves, le dossier est parfaitement rempli, on parle de nouveau du don d’ovocyte, du fait que notre enfant aura les gênes de mon mari mais pas les miens. Elle en profite pour m’expliquer comment va se dérouler le jour du transfert et décide de faire une « répétition ». C’est une drole de sensation mais qui ne fait pas mal, tout est ok pour le jour J. À ce jour, nous avons eu le consentement à la filiation, nous sommes inscris sur la liste d’attente depuis un bon mois. Le chemin est encore long, le jour où nous allons recevoir cet appel tant désiré qui nous dira « Nous avons une donneuse pour vous Madame » est encore tellement lointain, mais le train est en marche, nous avons sauté dans un wagon, toujours main dans la main et c’est ça le plus important..

Si aujourd’hui j’ose parler ouvertement de mon histoire c’est parce que certaines personnes sont présentes pour me soutenir et me tenir la main. C’est aussi grâce à des forums ou des pages Facebook comme « Nos graines à bébé. L’histoire de papa et maman en PMA«  ou « Tous unis pour le don d’ovocyte et de spermatozoïdes«  qui savent m’écouter, me dire que mon histoire est belle et qu’il faut y croire. Merci.

Joha

Publié dans PMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s